III.L'hyp Visuo-attentionnelle (partie 2)

C.   Mise en évidence des troubles visuo-attentionnels

a)    Tâche de report global

b)    Epreuve de rapport partiel

c)     Résultats

C. La mise en évidence des troubles visuo-attentionnels

Afin de mettre en évidence les troubles visuo-attentionnels chez les dyslexiques, on réalise des examens. Voici l’exemple d’un test composé de deux subtests différents : le report global et le report partiel. C’est une épreuve inspirée des travaux de Rapp et Caramazza (1991), eux même issu des recherches effectuées par Averbach et Sperling (1968). Cette épreuve permet de mesurer l’empan visuo-attentionnel du sujet, c'est-à-dire la quantité d’éléments visuels distincts qui peut être traitée en parallèle et encodée en mémoire à court terme visuelle (Bosse, Tainturier & Valdois, soumis).

 

      a. La tache de report global

Protocole 

Sur un ordinateur, on présente un point de fixation central que l’enfant doit fixer.

Pendant 200 ms (égal à la durée d’une fixation, ce qui garanti l’absence de saccades oculaires), on fait apparaître 5 lettres consonantiques non prononçables. Ex : R H S D M

Dès la disparition des lettres, on demande à l’enfant d’épeler immédiatement les lettres perçues.

 

Test de report global

 

b.   L’épreuve de report partiel

Protocole 

Ce test ressemble à la tache de report global, mais une barre horizontale apparaît sous une des 5 lettres immédiatement après leur disparition.

L’enfant doit dire sous quelle lettre la barre est apparue.

Cette épreuve est plus facile pour les enfants.

 

Test de report partiel

 

b.   Les résultats

Les enfants n’ayant aucun trouble de dyslexie obtiennent en moyenne de bons résultats. Ce sont les lettres L4 et L5 qui sont le moins bien perçues par les enfants.

Concernant les enfants dyslexiques ayant une bonne acuité visuelle, on retrouve un avantage pour identifier la lettre en 3ème position (L3 qui correspond au point de fixation) et L4, mais de nombreuses difficultés à identifier L1, L2 et L5.

Les patients présentant une dyslexie phonologique ont des résultats comparables à ceux des enfants de son âge.

Tandis que ceux qui sont atteints d'une dyslexie de surface ont de moins bons résultats que ceux d’enfants plus jeunes et ayant un âge de lecture comparable. Ils ne parviennent pas à identifier aussi bien les lettres, en particulier en 4ème et 5ème position.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site